La Consanguinité


Quand on parle de sélection en élevage, l'un des paramètre se retrouve être la consanguinité. Mais qu'est-ce au juste ?


La consanguinité est : "une relation entre deux personnes qui partagent un ancêtre commun", ainsi plus on remonte les générations et plus on a de chance de trouver des ancêtres en commun.


En Majorque c'est d'autant plus vrai que lors de la recréation de la race, un couple phare a été à l'origine de bon nom de chiens :

TITO et ANASTASIA


TITO étant le frère du père de ANASTASIA, soit son oncle)


Donc si on remonte le pédigrée de nos Majorque jusqu'à ces 2 chiens, nous les retrouverons très certainement plus de 10 voir 20 fois dans l'arbre généalogique ...


Le Majorque n'est pas une exception, pas mal de races ont un ou plusieurs chiens "traceur" qui a leur époque était très réputé et a été très utilisé dans les pedigree.


C'est un peu le propre d'une race, vu qu'on ne "peut" pas croiser avec une autre race, forcément si à un moment la race connait un déclin (guerre, maladie, extermination ...) cela provoque un "goulot d'étranglement".

La diversité génétique se réduit, et donc pour les générations futures, la consanguinité augmentera.


En Majorque, l'Espagne et Puerto Rico ont connu pas mal de perte de reproducteurs à cause des combats, ou des maladies. En France, c'est l'arrêt des élevages avec le non suivi du cheptel (stérilisation, euthanasie, placement en retraite anticipée, etc...) qui a fortement diminué le cheptel reproducteur.


La race, fragile possède ainsi un coefficient de consanguinité entre 5 et 20% suivant les mariages.

  • Un mariage parent/enfant donnant une consanguinité de 50 %

  • Un mariage frère/sœur donnant une consanguinité de 25 %

  • Un mariage demi frère / demi sœur donnant une consanguinité de 12.5 %

  • Un mariage oncle/nièce ou tante/neveu donnant une consanguinité de 12.5 %

  • Un mariage cousin/cousine donnant une consanguinité de 6.25 %

(ces résultats sont valables pour aucun ancêtre commun derrières les géniteurs)


La consanguinité réduisant la diversité génétique au sein de la race permet ainsi une homogénéisation des individus (le physique découlant directement de l'expression du patrimoine génétique).


Cependant l'utilisation de la consanguinité de doit être réfléchie : en effet si on réduit le nom d'allèles possibles pour un gène (l'allèle étant une variation possible : exemple pou r la couleur des yeux vous pouvez avoir un allèle marron, un pour le vert, un pour le bleu etc...) si l'allèle se retrouve délétère, on aura l'apparition de maladies ou caractéristiques qui jusqu'alors n'étaient pas visibles au sein de la race (car les chiens n'étaient que porteur d'une des copie, et pas des deux).


C'est pourquoi un "out-cross" serait parfois bénéfique pour une race ! Sauf que les institutions gérant les pédigrées en chien en France ne l'autorisent pas.

Par le passé le Kennel Club anglais l'avait autorisé pour le Dalmatien, l'ajout de sang de Pointer avait permit de sauver la race d'une maladie génétiques touchant les reins.



Pour le Majorque, le stade critique n'est pas encore franchi mais il serait temps que les éleveurs Français s'investissent dans la race avec l'apport de nouveau sang, peu utilisé et faible en consanguinité avec leurs lignées.



Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square